One Planet Summit: Signature des contrats attendue pour aider l'Afrique à s'adapter au changement climatique

Mis en ligne Jeudi 14 mars 2019 - 11:37
4ème Assemblée Générale de l'ONU pour l'environnement à Nairobi

C'est ce jeudi 14 mars 2019 que les Gouvernements, Institutions financières, Entreprises, ONG se réunissent à Nairobi, capitale du Kenya pour la troisième édition du One Planet Summit et la première sur le continent Africain. Ce sommet attend recevoir plus de 4 000 participants.

One Planet Summit est une initiative de la France. Elle a été lancée en 2017 pour débloquer des financements en faveur de la lutte contre le changement climatique touchant directement plus de 65% de la population de l'Afrique, alors que le continent n’est responsable que de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

« Le sommet réunit surtout des acteurs économiques qui prennent des engagements », renseigne un participant.

A part les discours et les tables rondes, une partie du sommet sera donc consacrée à la signature d’initiatives concrètes pour le continent. Bien que la plupart des annonces demeurent secrètes, certaines pensent que la signature d'initiatives va aider les villes africaines à accéder à l’énergie durable. "Il y aura des projets pour restaurer les terres dégradées, former les chercheurs ou encore lutter contre la déforestation", indique un autre participant.

4ème Ass Gén de l'onu pour l'environnement

C'est aussi une occasion pour la Banque Mondiale de confirmer le doublement de ses financements, pour permettre à l’Afrique de s’adapter au changement climatique. Selon un expert, l'Afrique est un continent en forte croissance, vulnérable, et c’est une bombe démographique. "Il faut éviter qu’il se calque sur des modèles de développements polluants", a-t-il demandé.

De son côté, la Banque africaine de développement promet d’annoncer une importante hausse de sa contribution aux projets verts. Mais il y a  encore du chemin à parcourir. Entre autres rendre les banques commerciales plus vertueuses. D'après un expert en la matière, les participants attendent que les banques commerciales mettent fin à leurs financements au bénéfice des énergies fossiles. " Mais elles ont du mal à convaincre leurs actionnaires", a-t-il dit.