Outrance au Chef de l’Etat: Le Bureau de l’Ass.Nat recadre l’opinion et les militants de l’UDPS

Mis en ligne Mardi 11 juin 2019 - 13:48
Le Rapporteur du Bureau de l'Assemblée Nationale, Célestin Musao

Le Rapporteur du Bureau de l’Assemblée Nationale, Célestin MUSAO KALOMBO, s’est prononcé, le lundi 10 juin 2019, sur les réactions enregistrées après la notion initiée par un Député du Front Commun pour le Congo, (FCC), contre les ordonnances du Chef de l’Etat, Félix TSHISEKEDI portant nomination de nouveaux dirigeants à la SNCC et la Gécamines.

C’est grâce à un document datant de ce même lundi que le Bureau de la chambre basse du Parlement a cadré l’opinion en général et l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, (UDPS) en particulier. Ces derniers ont manifesté au Palais du Peuple causant plusieurs dégâts matériels. Ils considèrent cette motion porte atteinte au Chef de l’Etat. Ils ont aussi les combattants les Députés nationaux d’outrage au Président de la République.

Célestin MUSAO a indiqué que nul n’a évoqué la problématique de mettre en cause les actes administratifs du Président de la République au niveau de cette chambre puisque ce n’est pas sa mission ou son objectif.  

« Le Chef de l’Etat est effectivement irresponsable devant le Parlement. Et ces actes ne peuvent pas faire l’objet des discussions. Vous avez remarqué que chaque Député qui a pris la parole avait tendance à se poser la question sur l’exécutif, le comportement de l’exécutif qui a abouti à une orientation. C’est parce que le Chef de l’Etat a des services, il a un gouvernement. C’est à ces structures que ces questions sont réservées », a-t-il ajouté. 

Quant à lui de continuer: « Personne n’a posé la problématique de pouvoir mettre le Chef de l’Etat en cause parce que la Constitution nous l’interdit. C’était une discussion autour de la gestion des entreprises du Portefeuille. Mais la grande question a été celle de savoir à quand le gouvernement ? C’est un député de l’Opposition qui a soulevé la question en condamnant énergiquement le comportement de la coalition FCC-CACH qui tardait dans les discussions pour que la population puisse avoir un gouvernement… ».

Pour conclure, le Rapporteur de la chambre basse du Parlement a insistait qu’il n’était pas question de mettre en cause les actes administratifs pris par le Chef de l’Etat. C’est pourquoi à tout moment, l’Honorable Présidente de l’Assemblée Nationale, Jeannine MABUNDA rappelait toujours à l’ordre ceux qui prenaient la parole. 

Cependant, les combattants de l’UDPS pensent que les Députés nationaux ont violé la loi, en mettant en a cause les actes administratifs du Chef de l’Etat, Félix TSHISEKEDI. C’est ainsi qu’ils ont manifesté au Palais du peuple pour que cet acte ne se reproduise plus.

Notons que ce mardi, les dispositifs policiers sont renforcés autour du Palais du Peuple et une vingtaine de militants de l’UDPS sont de nouveau visible sur le lieu pour manifester leur colère contre ce qu’ils qualifient d’outrage à Félix TSHISEKEDI de la part des Députés du FCC lors de la plénière de vendredi 07 juin 2019 à l’Assemblée Nationale.