Exetat 2019-Kikwit: Interdiction du port de nouveaux uniformes et mèches aux finalistes

Mis en ligne Jeudi 25 avril 2019 - 17:27
Des finalistes filles

Les finalistes du secondaire de la ville de Kikwit, province du Kwilu sont interdits de porter des uniformes neufs, des chaussures neuves ou des mèches pour les élèves filles lors des épreuves de l'examen d’Etat 2019.

L’application de cette mesure commence par la dissertation, prévue pour le 02 mai prochain jusqu’aux épreuves ordinaires de quatre jours.

Cette décision a été rendue publique mardi, 23 avril 2019, sur les antennes des radios locales.

D’après Victor KABUDI, inspecteur chef de pool du secondaire Kikwit, 1 les récalcitrants ne participeront pas aux épreuves de l'examen d’Etat le moment venu.

Il a expliqué que la cause de cette décision est les plaintes de plusieurs parents d’élèves de cette ville à ce sujet.

« C’est strictement interdit pour les élèves finalistes de porter des uniformes neufs, des chaussures neuves, des mèches. Nous demandons aux parents de préparer leurs enfants spirituellement, intellectuellement et qu’ils les incitent à revoir les notes à la maison. En ce qui concerne l’argent, l’Etat a demandé, pour la province du Kwilu, 62 500 Francs congolais pour les épreuves hors-session. Plus d’autres frais », a déclaré Victor KABUDI.

L’inspecteur chef de pool du secondaire Kikwit 1 Kabudi a également interdit le port des t-shirt avec mention "Dissertation 100 % sûr" dans différents centres d’examen. « Nous ne voulons pas que les parents fassent des dépenses inutiles. Nous allons arrêter les photographes qui viendront semer des désordres aux centres des épreuves de l'examen d’Etat », a ajouté la même source.

Du coté parents, cette décision a été à bras ouverts. Mais ils demandent aux autorités compétentes de faire le suivi. « C’est une très bonne décision que ces autorités ont prises. Personnellement, j’ai trois enfants en sixième des humanités. Où vais-je avoir de l’argent pour acheter des habits neufs pour la dissertation et d‘autres épreuves ? Je demanderai à ces autorités scolaires de bien faire le suivi pour que cette décision soit appliquée », a dit un parent.

 Par ailleurs, du côté élèves, c’est le mécontentement. « Ces autorités sont contre nous. Nous devons paraitre chics devant les gens ! », a lâché un finaliste.